En 2015, plus de 360 000 habitants des zones frontalières françaises travaillent dans un pays limitrophe, à proximité de la frontière.
Entre 2010 et 2015, dans les territoires frontaliers de l’Hexagone, l’emploi évolue de façon globalement plus favorable à l’étranger qu’en France, sauf en Espagne et en Italie. Le dynamisme économique des pays voisins tels que le Luxembourg, la Suisse et Monaco, ainsi que les salaires offerts, incitent les actifs résidant en France près des frontières à aller y travailler. Dans ces pays, la part de frontaliers venant de France dans l’emploi est élevée à proximité des frontières (28 % dans le canton de Genève par exemple).

 

Lire la publication en format PDF sur INSEE.fr

Résultats détaillés sur INSEE.fr